[Vorey sur Arzon] L’Etat réalise des travaux d’entretien le long de la Loire
L’Etat réalise des travaux d’entretien le long de la Loire
lundi 30 août 2010
par JD

L’Etat, sur sollicitation de la municipalité de Vorey et dans le but de limiter, en période de crue, les hauteurs d’eau près du bourg, a entrepris depuis le 30 août dernier des travaux sur l’île où est située l’ancienne gravière, à la confluence de la Loire et de l’Arzon. Historiquement, la Loire était flottable à partir de cette confluence. et les bords sont domaniaux. L’île sera débroussaillée à ses extrémités. L’atterrissement sera ensuite scarifié et les matériaux seront pour partie régalés sur place et pour partie positionnés en rive gauche au droit de l’enrochement sous le village de vacances afin de protéger la berge en cas de forte crue.
Quelques gros arbres fragilisés seront enlevés pour éviter tout risque d’embâcles. Lors de la visite sur le terrain réalisée avec la LPO et le Conseil général, la présence de stations de renoué du Japon (plante invasive) a été constatée. Les plans seront arrachés et exportés hors du lit majeur puis séchés et brûlés pour éviter tout risque de colonisation. Ces travaux de la Direction Départementale des Territoires dureront environ une semaine et sont réalisés par l’entreprise Sagnard.
Depuis la crue de novembre 2008, les bénévoles ont débarrassé au printemps 2009 les abords du fleuve des déchets et autres embâcles apportés par les flots. Puis le SICALA a abattu sur cette île des arbres devenus dangereux. Aujourd’hui l’Etat poursuit l’objectif de limiter les hauteurs d’eau sans déstructurer les mouvements naturels du fleuve et les bras rapides ou plus lents dans cet espace. Sur la presqu’île du Chambonnet en face du bourg, le SICALA a prévu ensuite de limiter la végétation arbustive en redonnant à cet espace une vocation d’expansion des crues (voire de prairie) comme il l’était il y a plus de 70 ans.
Cet espace naturel, au cœur de Vorey, est un atout apprécié par les marcheurs, pêcheurs et kayakistes. Il est à préserver et à valoriser, précise Cécile Gallien, qui remercie l’Etat pour son intervention.